Vers le futur avec les laïcs L’Association Missionnaire de Marie Immaculée(AMMI) à la suite d’Eugène de Mazenod

Introduction

Depuis Vatican II, la réalité des associations dans l’Eglise est désormais un mode de collaboration irréversible du laïcat à la même mission apostolique de l’Eglise. Un certain nombre de documents y soulignent des précisions importantes sur la place et le rôle des laïcs dans l’Eglise, notamment: le décret sur l’apostolat des laïcs « Apostolicam, Actuositatem » ainsi que l’exhortation apostolique de Jean-Paul II, Christifideles laici.

Par ailleurs, le canon 215 du code de 1983 énonce le droit de libre association des fidèles. Dès lors, depuis plusieurs années, beaucoup d’’instituts de vie consacrée ont accueilli, dans la mouvance de leurs charismes, des laïcs désireux de vivre leurs baptêmes selon la spiritualité de leur fondateur.

Dans cette perspective, les Constitutions et Règles des OMI stipulent : « Le charisme de saint Eugène de Mazenod, don de l’Esprit à l’Eglise, rayonne dans le monde. Des laïcs se reconnaissent appelés à y participer selon leur état de vie, et à le vivre selon des modalités qui varient suivant les milieux et les cultures. Ils participent au charisme dans un esprit de commu­nion et de réciprocité entre eux et avec les Oblats. Pour vivre de façon plus intense la mission de l’évangélisation selon le charisme oblat, des laïcs se regroupent en associations. » (R. 37 A). 

  1. Brève historique de l’AMMI

Des initiatives de trois genres différents ont conduit à la création de l’Association Missionnaire de Marie Immaculée (AMMI).

Il y eut d’abord les résolutions des Chapitres généraux du temps du Fondateur. Le Chapitre général de 1893, inspiré par les mesures prises par les Oblats de France et d’Angleterre, approuva deux résolutions visant, l’une, la fondation d’une association ou d’un tiers-ordre et, l’autre, la création d’une association pour le soutien financier des juniorats. Le Chapitre de 1898 admettait l’Association missionnaire mariale de la Province d’Allemagne au partage des prières, suffrages et bonnes œuvres de la Congrégation.

En 1896 paraissait à Paris une brochure ayant pour titre « Association des Oblats de Marie Immaculée ». On ne sait toutefois pas si cette association a jamais pris corps. En 1929, Mgr Augustin Dontenwill, Supérieur général depuis 1908, adressait à la Congrégation sa circulaire 141 sur l’Association. Il y eut, à la suite de cette circulaire, une véritable expansion de l’Association à travers toute la Congrégation, comme le montrent les rapports de plusieurs Provinces au Chapitre général de 1947. Les capitulants de ce Chapitre, qui élirent le P. Léo Deschâtelets comme Supérieur général, demandèrent à celui-ci d’exposer en détail dans une circulaire les conditions d’engagement, les bénéfices spirituels accordés aux membres, les messes à dire, etc. Le P. Deschâtelets remplit ce mandat par sa circulaire 182 du 25 janvier 1948, intitulée L’Association Missionnaire de Marie Immaculée.

L’élément le plus positif de cette circulaire était l’insistance qu’elle mettait sur la formation spirituelle des membres. Un nouvel élan était donné. Les revues missionnaires des Provinces étaient considérées comme l’organe de l’Association.

  1. Qu’est-ce que l’AMMI ?

Pour bien comprendre l’AMMI, il faut relire la circulaire de Mgr Dontenwill qui la définissait en ces termes :

« L’Association de Marie Immaculée est comme une prolongation de notre Congrégation parmi les fidèles; elle veut grouper, autour de nous, les amis de nos entreprises et, surtout, de nos missions.

Ses membres se proposent de travailler, par les moyens en leur pouvoir, à nous soutenir et à nous venir en aide dans notre apostolat missionnaire.

Sous la protection de Marie Immaculée, Mère de Miséricorde, ils deviennent les apôtres-auxiliaires des Missionnaires Oblats; ils font, en quelque sorte, partie de notre famille religieuse, prenant part à ses joies et à ses deuils, à ses combats et à ses luttes, se réjouissant de nos succès, faisant connaître de plus en plus notre Congrégation, lui gagnant de nouveaux amis, propageant ses publications, lui amenant des vocations et soutenant de leurs aumônes son apostolat.

[…] Par elle, nous disséminons dans le monde des groupes d’âmes qui nous sont dévouées, regardent notre famille religieuse comme la leur, prennent à cœur ses intérêts et dirigent vers elle des vocations de plus en plus nombreuses » Lettre circulaire no 141, dans Cire, adm., IV (1922-1947), p. 151-152.

Ainsi donc, le groupe des laïcs ainsi constitué dans une association bien définie s’engage à vivre le charisme de Saint Eugène de Mazenod.

Saint Eugène de Mazenod.

Selon la Règle 37a : « Le charisme de Saint Eugène de Mazenod, don de l’Esprit à l’Eglise, rayonne dans le monde. Des laies se reconnaissent appelés à y participer selon leur état de vie, et à le vivre selon des modalités qui varient suivant les milieux et les cultures. Ils participent au charisme dans un esprit de communion et de réciprocité entre eux et avec les Oblats. Pour vivre de façon plus intense la mission de l’évangélisation selon le charisme oblat, des laïcs se regroupent en associations (….)»

Une recommandation est même faite à tous les Oblats en ces termes : « Fidèles à la tradition oblate, les communautés auront à cœur de promouvoir l’Association Missionnaire de Marie Immaculée pour la formation du laïcat et la participation à la spiritualité et à l’apostolat des Oblats ».           (Règle 37b)

L’associé, vivant à la suite d’Eugène de Mazenod, a donc une quintuple identité : passionné du Christ, passionné de l’Eglise, passionné de la mission, vivant un lieu de communion avec les Oblats et vivant un style de vie simple et en communauté (R. 37 a)

 L’Associé est un passionné du Christ

C’est en réponse à un appel du Christ que les laïcs associés vivent leur baptême, éclairés par le charisme d’Eugène de Mazenod. Dans un esprit de famille, ils partagent entre eux et avec les Oblats la même spiritualité et la même visée missionnaire. Ils sont disciples à la suite des Apôtres. Ils témoignent de la présence vivante du Christ Sauveur au milieu du monde. Ils approfondissent leur relation au Christ par la fréquentation de la Parole de Dieu, la méditation, la prière et la liturgie. L’Eucharistie et l’Evangile sont la source et le centre de toute leur vie. Marie, qui donne le Christ au monde, est leur modèle.

L’Associé est passionné de l’Eglise

Comme le Fondateur, les laïcs associés aiment l’Eglise, Corps du Christ, Peuple de Dieu, signe et instrument de Jésus-Christ dans le monde d’aujourd’hui. Us désirent construire en Eglise, pour répondre aux défis du monde d’aujourd’hui et aux appels nouveaux.

L’Associé est un passionné de la mission

Passionnés de l’humanité, les laïcs associés ont foi en la dignité de chacun devant Dieu. Ils voient la réalité du monde avec le regard du Christ Sauveur et Evangélisateur. Pleinement engagé dans les réalités séculières, ils font de la famille une des priorités de leur mission, qu’ils vivent avec audace, initiative, créativité et persévérance. Us ont un souci de proximité, d’attention et d’écoute des personnes. Us vont vers elles. Us font une option privilégiée pour les pauvres aux multiples visages. Ils nomment, dénoncent et combattent les injustices, tout en se préoccupant de prendre une part active dans l’histoire de leur peuple.

Les laïcs associés vivent un lien de communion avec les Oblats, normalement avec une communauté.

Ce lien peut être vécu diversement selon les situations, mais il est essentiel. Les Oblats et les laïcs associés reconnaissent qu’ils ont besoin les uns des autres; ils vivent une relation de réciprocité dans l’ouverture, la confiance et dans le respect de la vocation de chacun. Chacun approfondit le charisme d’Eugène de Mazenod selon sa vocation spécifique et enrichit l’autre de ses découvertes et expériences. Oblats et laïcs associés vivent la complémentarité dans la croissance mutuelle. Ils se retrouvent ensemble pour relire leur vie et leurs engagements dans le monde à la lumière de la Parole de Dieu et du charisme du Fondateur.

Etre Associé suppose un style de vie simple

Ce style est caractérisé par une manière d’être ensemble, empreinte de charité, de fraternité et d’ouverture aux autres. Les Associés sont des personnes de prière. Conscients de leur pauvreté devant Dieu et devant les autres, ils vivent en solidarité avec les gens de leur milieu. Diverses modalités d’engagement formel ou informel sont possibles selon les Régions et selon la volonté des associations laïques.

Ce qui l’amène à vivre le charisme d’Eugène de Mazenod.

  1. L’AMMI-RDC et ses objectifs

Selon nos Statuts, l’objet de l’AMMI est de travailler en collaboration avec les OMI à la poursuite des objectifs de notre Fondateur Saint Eugène de Mazenod, à savoir « l’évangélisation des pauvres» et la promotion de tout homme et de tout l’homme. La spiritualité est christocentrique et mariale.

Les objectifs spécifiques de l’AMMI se résument en ces termes :

  • Travailler dans les domaines de l’éducation, la formation, l’orientation et l’encadrement des jeunes.
  • Promouvoir la santé, le développement et la promotion humaine dans toutes ses dimensions.
  • Soutenir les Oblats de Marie Immaculée dans leur pastorale, notamment apporter le Christ aux pauvres.
  • Accompagner les personnes vulnérables (ex-prisonniers, enfants de la rue, etc.) pour leur réinsertion sociale.

A cela s’ajoutent quelques devoirs :

  • Appui aux œuvres missionnaires de la congrégation des Oblats de Marie Immaculée.
  • La promotion de la vocation Oblate.
  • La collaboration aux activités Missionnaires Oblates.

L’AMMI-RDC existe depuis bien longtemps, mais il faut préciser que c’étaient des actions individuelles de certains missionnaires Oblats, parfois pas bien comprises, mais surtout pas du tout formalisées. Les Associés étaient parfois liés à un prêtre.

Mais c’est depuis quelques années que l’on a cherché à asseoir effectivement l’Association sur des bases légales et juridiques. Ainsi, après plusieurs rencontres de sensibilisation à Kinshasa, Idiofa et Kikwit, une Assemblée générale a été convoquée du 11 au 12 juillet 2014 par le Supérieur Provincial, P. Abel Nsolo.

Au cours de cette Assemblée, les candidats associés ont élaboré, débattu et approuvé les Statuts et élu le Comité provincial pour un mandat de trois ans. Le 13 juillet, les premiers associées (24) ont émis leurs premiers engagements devant le Père Pinon, Conseiller général venu de Rome. En février 2015, un deuxième groupe de 22 associés ont émis leurs engagements à Kikwit et le 31 mai, 29 associés agrandissaient le groupe de Kinshasa.

En principe, le 12 juillet, 6 autres candidats vont rejoindre l’Association à Kinshasa et 50 le feront le 15 août à Idiofa.

Au 15 août, nous serons plus de 130 associés en République démocratique du Congo.

  1. Perspectives d’avenir

Pour répondre à nos objectifs spécifiques, le Comité actuel se propose, au cours des deux années à venir, de :

  1. Continuer l’implantation de l’Association, notamment dans les diocèses de Lolo, d’Isangi ainsi que dans la Mission d’Angola.
  2. Mettre en place des activités génératrices de revenus pour l’Association et le soutien aux activités missionnaires Oblats.
  3. Lancer des initiatives de communion fraternelle et devant susciter des vocations oblates, notamment les campagnes d’évangélisation ou missions populaires ainsi que des concerts avec la participation des chorales de nos paroisses oblates.
  4. Des visites auprès des prisons et des formations religieuses, notamment le pré-noviciat d’Idiofa, le noviciat d’Ifwanzondo et le scolasticat de Kinshasa.

Cela implique un véritable engagement de tous et de chacun. Et la formation initiale reçue nous met dans les dispositions d’y arriver.

(Ref.: Revue Africaine des Sciences de la Mission, No. 40-41, 2016, pp. 143-151)

(Translation will be available at our website)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.